Deux tableaux techniquement proches , vers 1640 et 1642 ?
Thomas Becket, archevêque de Canterbury

Jacques Thuilier rapproche stylistiquement La messe pontificale de deux autres cuivres datés et signés, dont la Réunion musicale ; suggèrant que ces tableaux caractérisent une des manières Le Nain, trop hativement regroupés peut-être sous le prénom d'Antoine.

On peut se demander ajoute t-il "si tout autant qu'à une personnalité capable d'expressions toutes différentes, ces mêmes qualités et défauts ne renvoient pas d'abord à un type de production: petits tableaux touchés vivement, plaisant au public par leur naîveté même, vendus à des prix abordables et qui durent être nombreux et de bon revenu pour l'atelier".

Ci dessous,La Réunion musicale ,détail de la robe en premier plan

 
Les défauts et archaîsmes existent donc, plus évidents dans la Réunion musicale qui pourtant est signée. Mais ils cohabitent avec un rendu des costumes d'une virtuosité technique évidente.  
 

Très compatible avec l'origine anglaise de Thomas Becket cette représention nordique recceuillit vraisemblablement l'adhésion des Le nain.

Détail, statue de Thomas Becket, Musée de Stockolm

   
     

Héros de notre tableau , Thomas Becket était le compagnon le plus assidu et le plus intime du roi Henri II Plantagenêt avec lequel il partageait les amusements les plus mondains et les plus frivoles.

Elevé en dignité au dessus de tous les normands, il affectait de les surpasser en luxe et en pompe seigneuriale. Becket entretenait à sa solde sept cents cavaliers complètement armés. Les harnais des chevaux étaient couverts d' or et d' argent; sa vaisselle était magnifique et il tenait table ouverte pour les personnes de haut rang.

Gardien du sceau à trois lions qui était le signe légal du pouvoir fondé sur la conquête, Thomas se comportait en vrai et loyal chancelier d' Angleterre, selon le sens déjà attaché à ces mots , c' est à dire qu' il travaillait de tous ses efforts à maintenir, à augmenter même le pouvoir personnel du roi envers et contre tous les hommes sans distinction de race ni d' état, Normand ou saxons, clercs ou laïques.

Son incontestable habileté en affaire le fit remarquer par les partisans de la réforme ecclésiastique qui le jugèrent propre à en devenir le principal instrument; et, bien longtemps avant la mort de l' archevêque Thibaut, c' était déjà le bruit commun à la cour que Thomas Becket obtiendrait la primatie.

Lorsque Thibaut mourut en 1161, le roi recommanda son ami Thomas au choix des évêques qui opposèrent une grande résistance; et déclarèrent ne pouvoir élever au siège du bienheureux Lanfranc, un chasseur, un guerrier de profession, un homme du monde et du bruit.

Henri s'obstina contre toutes les remontrances et jura par Dieu que Thomas Becket serait archevêque et primat d'Angleterre.

Henri II tenait alors sa cour en Normandie et Thomas s'y trouvait avec lui. Dans une des conférences qu'ils avaient habituellement ensermble sur les affaires de l'état, le roi demanda à Becket de se préparer à repasser la mer pour une commisssion importante...
"J'obéirais répondit Thomas, dès que j'aurai reçu mes instructions?
Quoi! reprit le roi, tu ne devines pas, je veux fermement que ce soit toi qui devienne archevêque."

Becket se mis à sourire, et levant un pan de son riche habit:"voyez un peu dit-il l'homme édifiant, le saint homme que vous voudriez charger de si saintes fonctions. D'ailleurs, vous avez sur les affaires de l'église des vues auxquelles je ne pourrais me prêter; et je crois fermement que si je devenais archevêque, nous ne serions bientôt plus ami.
Le roi reçu cette réponse comme un simple badinage et sur le champs, un de ses justiciers porta de sa part aux évêques d'Angleterre, qui depuis treize mois retardaient l'élection, l'ordre formel de nommer Becket sans délais!

C'est ainsi que Thomas Becket devint le cinquième primat depuis la conquête.


 

Sainte Conversation avec
St. Thomas Becket
et
St. Dominique



Huile sur toile 61 x 50 cm
vers 1640
attribuée aux Le Nain

   
 


-
Thomas Becket

-Laon, 1173, premier sanctuaire dédié à Thomas Becket

- Saint Dominique,

- Joseph?et la Vierge

- L'enfant à la chandelle, un tableau perdu des Le Nain.

- La sagesse par le savoir,autre représentation du début XVIIeme

La canonisation de Thomas Becket en 1173, moins de trois ans après sa mort ,marque une rupture avec les habitudes du sanctoral.
On ne célébrait guère jusqu'alors, que les apôtres, les martyrs des premiers siècles ou quelques éminentes figures à peine moins anciennes, comme saint Augustin et saint Grégoire le Grand.

Car à la suite de Thomas Becket s'ajoutent rapidement les canonisations d'autres personnages récents, comme François d'Assise en 1228, Antoine de Padoue en 1232, Elisabeth de Thuringe en 1235, Saint Dominique en 1233.

 

Les archives de Laon doivent à Gautier de Mortagne de receler aujourd'hui, l'essentiel des lettres et manuscrits concernant saint Thomas Becket, recueillis à la source, auprès de Thomas lui-même.
Guernes de Pont Sainte Maxence dont les origines confinent également au domaine picard, entreprend de raconter la vie de Thomas Becket, en langue d'oîl (1) et parachève une deuxième version avant 1174.

Guernes est contemporain de Thomas et a pu le voir, chancelier, à la tête des troupes du roi d’Angleterre opérant sur le continent. Il est certain qu’il a ensuite entendu parler de lui lorsque Becket séjourne à Pontigny et à Sens ou son austérité et sa sagesse avait fortement impressionné les esprits.

Saint Thomas Becket fut aussi très lié avec le philosophe scolastique Jean de Salisbury qui devint son biographe.

Les quelques notes ci-contre concernant l'accession de Thomas becket à l'archevéché de Canterbury sont par ailleurs, extraites de l 'Histoire de la conquête de l'Angleterre par Augustin Thierry (1795-1856).

- (1) La Traduction en français moderne de La vie de Saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence est apparue pour la première fois en 1990, publiée par la Librairie Honoré Champion à Paris.